Blog

En Suisse, les universités pro sont plébiscitées

On les connaît mal et pourtant elles pèsent de tout leur poids aux côtés des universités d’élite suisses telles que l’EPFL ou l’ETH de Zurich. Destinées aux élèves des voies professionnelles mais aussi à ceux issus des voies générales (25%), les hautes écoles spécialisées (HES) ont le vent en poupe. Lors de la dernière rentrée scolaire, environ 75 000 étudiants ont opté pour une HES, contre 150 000 pour une université. Selon des projections à horizon 2025, établies par l’Office fédéral de la statistique, les HES verront leurs effectifs grimper de 13 %, tandis que ceux des universités marqueront le pas. Ces universités de métiers ont pour vocation de donner aux titulaires d’une « maturité professionnelle » (l’équivalent du bac pro français) la possibilité de faire des études supérieures avec un même niveau de reconnaissance que les universités (bachelor et master) tout en optant pour une formation beaucoup plus pratique. En cela, ces établissements incarnent la politique éducative suisse en matière de valorisation de l’apprentissage. Inscrites dans le tissu économique local, les formations des HES répondent aux attentes des PME (dans les domaines techniques, mais aussi en économie et services, santé, design, arts, musique…) et garantissent à leurs diplômés un taux d’employabilité élévé dès le Bachelor en poche. Selon un rapport de l’Office fédéral de la statistique sur les perspectives de la formation, les diplômés gagnent également en moyenne plus que les universitaires, à diplôme équivalent, et sont 38 % à avoir des postes à responsabilité cinq ans après l’obtention de leur diplôme, contre 26 % pour les universitaires.

%d blogueurs aiment cette page :