Blog

A quels métiers faut-il se préparer?

La presse et les magazines spécialisés n’ont de cesse de nous alerter. Avocats menacés d’ubérisation par des plateformes en ligne, médecins concurrencés par des intelligences artificielles capables de diagnostics, journalistes remplacés par des robots, traders devenus moins performants que des algorithmes… Quand on sait à quel point l’orientation des 16-25 ans s’est complexifiée, trouver sa voie ressemble au mieux à un saut dans le vide, au pire à un « no man’s land ». De Deloitte à McKinsey en passant par l’OCDE et les nombreux think tank, on ne compte plus les études sur la mutation que le numérique va imposer au travail. Pourtant tous s’accorde sur un même diagnostic : 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. C’est donc peu de dire des formations qui y conduiront. Nous entrons, selon les experts, dans une seconde phase de développement numérique. Passée l’ère des robots imitant les tâches humaines, l’intelligence artificielle sera capable d’imaginer des solutions, d’interpréter des données, de réfléchir comme les humains avant de voir apparaître l’«être humain virtuel», prévu après 2030. Même si des secteurs en tension existent comme la cybersécurité, le machine learning, les métiers de la santé, l’énergie, la construction, quelles seront les formations les mieux à même de mener aux jobs du futur ? Pourquoi l’interdisciplinarité, les soft-skills, les parcours internationaux s’imposent-ils comme un atout considérable pour construire de nouvelles expertises ? Enfin, en quoi la « compétence à s’orienter » devient-elle un levier indispensable à la réussite des générations futures ? Décryptage.

%d blogueurs aiment cette page :