Blog

Les universités parient de plus en plus sur les humanités numériques

Le mouvement est en marche. Les universités et grandes écoles avancent leurs pions sur l’échiquier des humanités numériques. L’ENS Lyon, l’ICP Paris, UCL London Department Digital Humanities, Ottawa University, la liste s’étoffe et nous en sommes qu’au début. Encore majoritairement développés dans la sphère anglo-saxone et souvent « à cheval » sur plusieurs départements d’universités, ces formations commencent à essaimer en Europe. Leur objectif : hybrider les disciplines en mobilisant les outils numériques afin de développer de nouvelles pratiques en sciences humaines et sociales. La palette des champs d’application est très vaste. Cela peut aller de l’exploitation de corpus numériques, en passant par la reconfiguration de leurs usages grâce à des outils de datamining et de data-visualisation (exploration, analyse et valorisation des données) jusqu’au développement de nouvelles méthodes de scénarisation des textes ou des objets culturels (grâce à des pratiques d’annotation, de commentaires ou d’écritures collectives). Avec les humanités numériques, la production des connaissances franchit un nouveau cap. Tout change: les modes d’analyse, les objets, les relations entre disciplines et le big data (ce nouvel or noir de l’économie numérique) permet des avancées inédites en contextualisant et en agrégeant différemment les savoirs. De plus en plus d’universités offrent des cursus mêlant disciplines classiques et nouvelles technologies avec un objectif clair: multiplier les débouchés professionnels tout en proposant des méthodes d’apprentissage innovantes. Penchons-nous sur l’exemple de l’université d’Ottawa qui fait travailler ces étudiants sur des projets associant approche historique et culturelle et savoir-faire numériques….. En faisant comprendre comment les disciplines s’imbriquent, en décentrant le regard que l’on pose traditionnellement sur sa discipline, les humanités numériques sont un révélateur de potentialités. Même si elles sont en plein essor, il faudra encore du temps et beaucoup de pédagogie pour qu’elles s’installent durablement dans le paysage universitaire…

%d blogueurs aiment cette page :