Blog

Parole à l’Edhec : l’avenir des business schools d’ici 2030

Avec le déploiement de multi-campus à l’international, la personnalisation et la professionnalisation des  parcours ou encore le développement de la recherche, les business schools françaises caracolent en tête des classements internationaux. Derrière l’université de Saint-Gall en Suisse, HEC, l’Essec, l’ESCP Europe et l’Edhec verrouillent le haut du tableau du très réputé classement du Financial Times. Cependant la concurrence internationale exacerbée entre business schools impose des ajustements constants. Notamment celui des modèles économiques et de la place et du fonctionnement de la recherche en management, une des sources de financement majeures. Jugée souvent trop théorique, elle devra être plus applicative avec davantage de transferts de savoir-faire vers l’industrie tel le spin-off de l’Edhec (ERI Scientific Beta) qui fournit des indices financiers utilisés par de grandes institutions financières et des universités américaines. Autre enjeu, une refonte des modalités pédagogiques qui, grâce à l’essor du numérique, ouvre la voie à de nouvelles façons d’enseigner – en distanciel comme dans la salle de classe ou encore en favorisant davantage de porosité entre l’école et l’entreprise grâce à « l’action-learning » ou l’apprentissage par l’expérience. Mais au-délà des modèles pédagogiques, les programmes doivent être mis au diapason des grands enjeux sociétaux de la révolution numérique. Ceci implique une redistribution des contenus, le décloisonnement des disciplines du management et l’intégration croissante d’enseignements liés à l’éthique et à la responsabilité sociale. Autre élément distinctif amené à se renforcer : l’intégration des étudiants à un écosystème mondialisé. De ce point de vue, le rayonnement international des business schools à la française a valeur d’exemple avec de nouveaux campus sur tous les continents, y compris en Afrique. Sans oublier, l’invention de nouveaux modèles de croissance, en stimulant l’autonomie, la créativité et l’entrepreneuriat chez les élèves. Décryptage avec Olivier Oger qui, après trois décennies à la tête de l’Edhec, vient de passer le témoin à Emmanuel Métais qui ne manque pas d’ambition pour cette formidable institution dans les prochaines années…

%d blogueurs aiment cette page :