Blog

Les métiers du droit en marche vers l’ubérisation

Après les médias, l’immobilier, les taxis ou encore les services financiers, c’est au tour du secteur juridique d’être métamorphosé par l’intelligence artificielle. Dans tous les domaines de la société, on observe une automatisation des tâches répétitives. Et le droit ne fait pas exception à cela. La puissance des algorithmes permet maintenant de recourir à de la justice prédictive en analysant en un temps record une masse énorme de jurisprudence pour anticiper le résultat d’un contentieux ou, à tout le moins, ses chances de succès ou d’échec ; choisir les arguments les plus pertinents ; ou évaluer le montant d’éventuelles indemnités. L’essor des LegalTech, pour « legal technologies » inaugure l’ère de l’ubérisation du droit introduisant dans le droit les mêmes bouleversements que les FinTech dans l’industrie de la finance. Et nous n’en sommes qu’au début. Aux Etats-Unis, l’étude BakerHostetler a annoncé l’engagement de « Ross », un avocat 100% virtuel basé sur l’intelligence artificielle d’IBM Watson. Ce personnage fictif recèle un énorme potentiel en valeur ajoutée, grâce à sa capacité de passer en revue des quantités d’information et d’en retirer les éléments pertinents pour traiter d’un cas particulier…..Même si le droit 2.0 fait évoluer les pratiques, l’anticipation du sens des décisions de justice n’est pas sans poser de questions. Rappelons-nous le film d’anticipation « Minority Report » où la société du futur est imaginée comme ayant éradiqué le meurtre en se dotant d’un système de prévention destiné à capter les signes précurseurs des violences en arrêtant les « précoupables ». Il semble que nous n’en soyons pas encore là car la justice prédictive s’interdit de s’attaquer à des algorithmes sur les décisions pénales. Décryptage…

%d blogueurs aiment cette page :