Blog

Horizon 2030 : vers la création de 24 millions d’emplois verts

La mise en place de l’Accord de Paris sur le climat négocié en 2015 sera bénéfique à l’emploi. Pas moins de 24 millions de nouveaux postes seront créés d’ici 2030 grâce à l’adoption des recommandations dont le but est de contenir la hausse de la température moyenne mondiale au-dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Les énergies renouvelables, les programmes d’efficacité énergétique des bâtiments, l’économie circulaire (récupération, réparation et recyclage), la requalification des programmes de mobilité urbaine auront besoin de profils qualifiés.

Ces nouveaux emplois découlent d’une plus grande utilisation d’énergies renouvelables (solaire et éolienne), de l’augmentation du parc de voitures électriques ou encore des enjeux de transition écologique sur lesquels les territoires français se mobilisent de plus en plus dans une logique de marketing territorial et d’émergence de grandes régions calquées sur les Länder allemands.

Ces millions d’emplois visant au développement durable de notre planète et de nos régions à une plus petite échelle, dépendent directement de la préservation de tout un écosystème, aujourd’hui mis à mal si l’on en juge par la dégradation des conditions de santé publique et la raréfaction des ressources. La qualité de l’eau et de l’air, la fertilisation des sols, le contrôle des parasites, la pollinisation seront de plus en plus déterminants pour une agriculture durable de même que pour la foresterie et le tourisme.

Les efforts pour développer l’emploi dans les secteurs liés à la biodiversité et à l’éco-activité nécessitent d’être accentués ainsi que leur mise en adéquation avec des offres de formation dans le supérieur « relookées » pour garantir une transition écologique réussie dans les prochaines décennies.

On note que les métiers liés à la préservation de la biodiversité et dans l’éco-industrie montent en puissance de même qu’ils gagnent en reconnaissance et en visibilité. Ceci grâce à une prise de conscience accrue des enjeux de transition écologique par les multinationales éco-industrielles (Veolia Environnement ou Suez Environnement par exemple), les entreprises de service public (ERDF), les collectivités territoriales, les petites entreprises ainsi que les bureaux d’études et d’ingénierie ou encore les cabinets conseils ou les agences de communication spécialisés.

Dans une logique de valorisation des territoires, les régions en particulier sont appelées à amplifier leur action, notamment dans l’agriculture durable au sein des projets territoriaux. Les métiers dits verdissants dans le BTP, les transports, l’agriculture, les énergies marines renouvelables, existent déjà et de nouveaux métiers apparaissent comme le diagnostiqueur immobilier, l’expert bilan-carbone, le conducteur de travaux en rénovation énergétique ou l’ingénieur smart grid, expert hybride mi-informaticien, mi-énergéticien. L’économie verte a de beaux jours devant elle!

%d blogueurs aiment cette page :