Blog

Formations à l’étranger : la France a besoin d’une stratégie claire

Selon un rapport publié le 26 septembre 2016 par France Stratégie et piloté par Bernard Ramanantsoa, ancien directeur d’HEC, la France forme les trois quarts des étudiants dans l’Hexagone. Seul un tiers des étudiants sont inscrits à l’étranger, comme à la Sorbonne Abu Dhabi ou à Centrale Pékin dans le cadre de diplômes délocalisés. Le verdict de ce rapport : il existe des marges de progression considérables car même si les établissements français s’exportent, ils souffrent d’un manque d’objectifs concertés face à des concurrents aussi investis que les États-Unis, l’Australie ou le Royaume-Uni. Trop souvent encore, les établissements de l’enseignement supérieur pâtissent d’un manque de culture internationale (hormis dans les écoles de commerce et d’ingénieurs dont un cinquième des effectifs est inscrit à l’étranger) et les décisions de déploiement tiennent plus de coups opportunistes qu’à de véritables stratégies articulées. Autre point saillant du rapport : si l’offre française – boostée par les sciences de l’ingénieur et le management – se concentre sur des programmes d’excellence de niveau master, elle ne prend encore que trop marginalement en compte la demande la plus vaste qui concerne les bachelors professionnalisants.

%d blogueurs aiment cette page :