Blog

Ecoles d’ingénieurs: un recentrage sur les bachelors pour davantage d’attractivité internationale

Il y a à peine deux mois, je postais un article sur l’ouverture de bachelors dans les grandes écoles, diplôme à Bac+3 qui existe déjà dans les écoles de commerce mais dont le déploiement ne concernait encore que très peu d’écoles d’ingénieurs. La situation évolue et dans le bon sens. Jusqu’ici les candidats aux grandes écoles d’ingénieurs n’avaient pas d’autres choix que de passer par les  classes prépas scientifiques, les fameuses math sup et math spé, voie royale et incontournable pour accéder à ces écoles. Un autre chemin est désormais possible, et même l’emblématique Ecole polytechnique, vient d’annoncer début juin l’ouverture d’un « bachelor », un diplôme en trois ans accessible après le bac. Ce cursus, qui ne nécessite plus de passer par une classe prépa et par le concours réputé très difficile de l’école, ouvrira à la rentrée 2017. Comme l’X, de nombreuses autres écoles d’ingénieurs réfléchissent à ouvrir ces cursus en trois ans, avec des ambitions différentes. Pour l’Ecole polytechnique, l’objectif est double : recruter des étudiants internationaux de haut niveau et retenir les bacheliers français qui pourraient être tentés par des cursus à l’étranger, notamment à l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) et à l’Imperial College (Londres), deux établissements qui attirent chaque année quelque milliers d’excellents bacheliers français. « Nous voulions reconquérir ces parts de marché et nous aimerions également développer des liens avec les lycées français de l’étranger car chaque année ces bacheliers échappent aux universités et aux classes prépas françaises », développe Jacques Biot, le président de l’école. Cette stratégie de « conquête » doit positionner l’école dans la course mondiale aux meilleurs étudiants de premier cycle. Pour faire jeu à armes égales avec les grandes universités, notamment américaines et britanniques, les cours du bachelor seront exclusivement dispensés en anglais et, contrairement au cycle ingénieurs où les élèves polytechniciens bénéficient d’une solde mensuelle, le prix devrait se situer dans une échelle comprise entre 10 000 et 15 000 euros par an de frais de scolarité.

%d blogueurs aiment cette page :